❤ Mon enfant n'aime pas l'école ❤

Le presbytere de jonquiere toulouse 35

Ce matin, j'écoutais l'émission d'Ali Rebehi, Grand bien vous fasse et j’ai fait un bond de trois ans en arrière.
Cela m'a rappelé quand ma Néné alors âgée de 4 ans, allait à l'école.

Je me suis souvenue des pleurs et cris tous les matins pour se préparer et y aller, je me suis rappelé tous les soirs des crises que cela engendrer chez elle.
Ma mémoire n'a pas oublié la phrase déchirante « je ne veux pas aller à l'école ».
Elle n'a pas oublié que j'étais obligée de tirer ma fille par la main pour l'emmener jusqu'à sa classe.
Qu'un itinéraire de 5 minutes se transformer en un parcours du combattant. 


Quand on est parent et qu'on vit cela depuis deux ans, on se sent démuni.
On se demande d'où vient le problème surtout quand les deux aînés n'ont pas réagi ainsi face à l'idée d'aller à en collectivité.
On pleure souvent, mais on ne lâche pas l'affaire pour autant.


Les maîtresses n'étaient pas d'une grande aide puisqu'à l'école cela se passait plutôt bien pour ma fille.
Bien qu'en petite section, la maîtresse ait dû punir mon enfant durant plusieurs jours pour avoir droit en échange à un « bonjour » le matin et elle avait dû mettre un coin pour qu'elle soit libre de sauter quand bon lui semble.
Mais outre ces deux choses-là, tout se passer bien pour elle à l'école.
J'ai tenté de mettre en place des choses pour que cela se passe mieux, mais je n'ai pas été écoutée pour autant.


À l'extérieur de la maison, cela était différent, cris et pleurs le matin pour aller à l'école était notre quotidien.
Je n'avais pas fait le lien avec l'école puisque Néné criait souvent pour un oui ou un non mais il y a un an, seulement, j'ai appris qu'elle ne savait tout simplement pas gérer ses émotions et que c'était une enfant précoce avec une intelligence différente des autres enfants.

À travers ses cris, ses pleurs, ses comédies comme le pensée certains, elle me disait juste qu'elle n'aimait pas l'école, qu'elle avait besoin d'autre chose.
Qu'être assise sur une chaise entre quatre murs cela n'était pas pour elle.
Souvent, elle me demandait si elle avait le droit de faire classe dans la cour de récréation.
À travers son refus de parler aux adultes, elle avait créé sa bulle où seulement elle se comprenait.
Mais à travers tout cela, elle me disait juste que l'école n'était pas adaptée à son intelligence comme le dit Bruno Humbeeck, psychopédagogue et intervenant de l'émission Grand bien vous fasse.


Puis, un jour, je l'ai déscolarisé, elle n'est plus allé à l'école.
Pas à cause de ses cris ou de ses pleurs, mais pour voyager durant un an.
15 jours après, mon enfant qui ne parlait à aucun adulte, s'est ouverte.
Elle s'est mise à parler à tout le monde !
Personne n'en croyait ses yeux, la petite fille qui se taisait jusqu’à maintenant en public, c'est du jour au lendemain ouverte, un peu comme une fleur.
Tellement ouverte, qu'elle racontait même sa vie à tout le monde même à la caissière.
Je n'en revenais pas.

Les cris ne se sont pas arrêtés pour autant, elle a eu besoin de l'aide de sa psychologue pour apprendre à gérer ses émotions.
Mais les cris n'étaient plus dus au fait d'aller à l'école.
Mais le fait qu'on est remplace les cris et pleurs du matin par des câlins, m'a permis de revivre et elle aussi.


Si j'avais su avant, que son mal-être était dû en partie à l'école ou plus précisément au fait de ne pas être libre d'apprendre comme son cerveau l'aurait voulu, j'aurais mis fin, bien plus tôt, à ce drame.
Oui, car c'est un drame de ne pas être compris, c'est une torture de parler, de crier, mais de ne pas être écoutée.
On a le droit de ne pas aimer aller à l'école, ce n'est pas un choix, c'est un fait.
Que cela soit à cause d'un sentiment d'insécurité ou qu'on n'en voit pas l'intérêt, car l'ennui s'est installé.


Ce sont les adultes, parents et pédagogues qui doivent aider l'enfant, main dans la main à faire en sorte que cette animosité envers l'école n'existe plus dans la tête de l'enfant.
Je pense qu'on ne doit pas s'arrêter à ce qu'il se passe dans sa classe, je pense qu'on ne doit pas s'arrêter à ce qu'il se passe à la maison, il y a des choses à mettre en place et je regrette sincèrement que ma fille ait pu pleurer durant deux ans tous les matins sans que cela n'interpelle la structure scolaire.
J'aurais aimé, qu'on tente de m'aiguiller.
Aujourd'hui, elle n'aime toujours pas l'école, mais elle aime apprendre dans une atmosphère qui est adaptée à son intelligence et à sa personne.


Et toi, ton enfant aime l'école ?

novembre école annee 2018 parentalité

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (5)

Caroline pichor
  • 1. Caroline pichor | 11/11/2018
Bonjour Olivia,
Maman d'enfants dysferent je ne eux que comprendre ce mal être que les enfants ressentent à l'école.
Mon fils 10 ans après 2 ans en unité de rééducation refuse totalement de retourner à l'école. C'est une bataille depuis 1 mois et demi.
Il a peur de l'incompréhension de la moquerie par rapport à sa différence. Il arrête pas de me dire qu'il ne comprend pas ce qu'il apprend, qu'il y a trop de bruit pour lui. Il arrive à se concentré.
Il ne va pas à l'école pour cause de mal être. Il pleur à mal à la tête et ça se transforme en migraine. À des paroles pour son âge assez grave.
Il va être aider par une psychologue. Mais va t il accepter de retourner à l'école pas sur ?
Dur dur quand on est parent.
Isabelle d'EzEvEl
  • 2. Isabelle d'EzEvEl (site web) | 09/11/2018
La question serait plutôt "comment on fait quand son gamin déteste l'école, mais que les 2 parents travaillent" ?
Mon ainé déteste l'école depuis le CP, il ne veut pas apprendre de manière académique, voir même il voudrait juste faire ce qu'il veut. Sauf qu'il n'a pas compris que l'IEF c'est aussi devoir apprendre (autrement certes) et que si il veut manger à tous les repas il faut bien que ses parents bossent
ourlittlefamily
  • ourlittlefamily (site web) | 09/11/2018
l'IEF n'est aucunement la question de ce sujet. Ce n'est même pas la solution finale que je recommande, je conseille que école et parents travaillent ensemble pour que l'enfant aime l'école.
marche
  • 3. marche | 09/11/2018
Bonjour, voilà un sujet qui me remue.....j'ai moi aussi un enfant "Oscar" qui n'aime pas l'école, mais vraiment pas.....il a 9 ans aujourd'hui, et il n'aime toujours pas l'école.....presque tous les matins, c'est contraint et forcé qu'il y va.....depuis 2 ans il ne pleure plus, il ravale, c'est un être très fier, et il ne veut pas qu'on le voit pleurer, moi aussi à l'école tout se passe relativement bien, je dis relativement, car je vais de temps à autre voir les maîtres et maîtresses, Oscar a du tempérament, et ose dire ce qu'il pense, il travaillait vite aussi et il aime faire sourire ses amis, Oscar dit que l'école ne sert à rien, surtout depuis qu'il sait lire et compter, il pense que le reste est mal enseigné, que c'est nul et sans intérêt, que c'est pas ça la vraie vie, et quand il me raconte parfois ses journées et ce que lui affirme et font faire ses maître(esses), que pourrais-je penser d'autre???? Je suis moi-même une rebelle de l'éducation.....j'ai mené à une époque la fronde, je suis en désaccord très fort avec leurs méthodes.....il me dit souvent, fais moi l'école à la maison s'il te plait maman???? Pourtant il a ses amis, il adore les récrées et jouer avec eux.....et quand je lui demande si ses copains ne lui manqueront pas...???? Il me dit bien intelligemment : non maman, il y a pleins de moments pour voir et jouer avec eux.....!!!! j'écoute souvent les mamans devant l'école....elles 1h30 en moyenne à leur faire faire les devoirs....je culpabilise, moi en 10/15 min c'est fait....je lui demande tu as des devoirs ???? OUI mais c'est trop facile maman, je sais déjà...pas la peine!!!! Souvent c'est exact....lol !!! des fois moins bien.....mais je me refuses à entrer en guerre pour des devoirs......Donc oui je comprends, je n'ai pourtant pas trouvé de solutions idéale pour nous, pour lui....mais combien je suis consciente de ça !!!!! Et aimerais tant que enfin l'école, soit vraiment l'école de la vie.....!!!! Sandrine
ourlittlefamily
  • ourlittlefamily (site web) | 09/11/2018
C'est beau d'en avoir conscience Sandrine, tu peux au moins l'aider mieux que moi je le faisais. J'espère qu'un jour, l'école s'adaptera à l'enfant et non pas à un âge/à une classe comme on le voit aujourd'hui.

Ajouter un commentaire