Lily écrit son roman 2011

Maman participe au projet de Nathalie qui consiste à écrire un roman en 1 an.

Un nouveau projet pour 2011 et donc ici sa sera sa rubrique afin de suivre ce roman.

*Rouge = Nouveau

 

Abandono_2

C’est le casque sur sa tête aussi léger que si il aurait été inexistant qu’elle poussa la porte de l’interdit en mettant d’une main tremblante, voir hésitante, ce cd dans le lecteur. Plus qu’un cd, ce truc rond était pour elle son coffre au trésor remplie d’un seul et unique diamant, lui. La musique se diffusa dans ces oreilles comme si une bombe avait retentie à ces pieds. Les yeux rivaient dans le brouillard des souvenirs, elle augmenta le volume au maximum, une envie d’adrénaline. Son cœur battait au rythme de la mélodie, son corps tremblait, ces mains ce glaçaient remplie de souvenirs, tellement beaux qu’ils en étaient terrifiant. Elle ferma ces pupilles et la voici prise d’une sensation bizarre qui l’a fit voyager à la vitesse de l’éclair dans le passer, Vers un monde unique, son jardin secret, son diamant. Ces lèvres s’asséchèrent de plus en plus et deux larmes coulèrent symétriquement sur son visage, comme si elles étaient jumelles, égales dans la douleur. Elle porta ces doigts à sa bouche et se les mordus, elle souhaitait se réveiller, elle se sentait emprisonner par la tristesse, dans un souvenir lointain, elle était emprise de cette musique. Dans ces moments-là, elle était à ces côtés, uni dans le bonheur, dans « son » bonheurs. Elle avait l’impression de pouvoir respirer son parfum malgré ces années effacer, elle sentait ces mains sur son visage, sa voix au creux de ces oreilles, son regard sur son Corp. Elle aurait tout donné à ce moment précis pour tout changer. 

 Punchbowl Falls

Mais elle savait que cela était impossible, on ne peut pas changer le passé, on ne peut que le rêver différemment, l’imaginer plus beau, moins dramatique, plus calme. Elle aurait aimé être à la place ses amies, avoir juste un « ex », retourner certains weekend end de solitude avec lui pour la rigolade. Elle aurait apprécié entendre sa voix au téléphone pour son anniversaire ou même une petite carte de ces dernières vacances. Elle aurait voulu avoir son « sex friend » à elle, son petit moment de bonheur et non son « fantôme ». Cette musique lui permet de s’évader loin de la réalité, elle peut encore et toujours s’imaginer prêt de lui, parfois, elle s’imagine même pouvoir le toucher. Quand elle a ce tempo dans la tête, elle oublie le temps de quelques notes qu’il est parti, qu’il a abandonné, qu’il a été égoïste, qu’elle le déteste. Elle devrait le jeter ce cd, mais elle ne peut pas, elle a peur d’oublier tous les bons moments que ces chants lui rappellent. Elle en a rêvé du prince charmant et du « ils vivèrent longtemps et eurent beaucoup d’enfant », elle y a même cru durant quelques semaines mais maintenant elle y croit plus. Il a détruit la petite princesse qu’elle était au fond d’elle, sa part d’enfance, il a fait grandir trop vite, il lui a montré que la vie n’était pas un conte de fée. Alors pourquoi a-t-il voulu jouer à la Roméo et Juliette avec elle ?

amsterdam

La haine, ce sentiment horrible qu’elle a envers lui, c’est ce qui l’a fait tenir aujourd’hui entre ces quatre murs. Elle a pensée à mille et une reprise passer la frontière de la vie réelle et de l’haut de là, partir pour l’oublier complétement ou pourquoi pas même afin de mieux le retrouver. Elle a même eu le temps d’étudier les différentes façons de s’y prendre. Elle s’est mise et remise en boucle le passage dans le film dangereuse alliance « de la parfaite ouverture de veine »afin de ne pas se rater si un jour sa souffrance lui devenait invivable. Mais il aurait fallu aimer la souffrance ce qui n’était pas du tout son cas. Le suicide c’est être lâche, lui il était mais pas elle. Elle, elle aimait la vie avant de le rencontrer, elle adorait sourire, elle s’extasier d’un rien, elle était encore qu’une enfant dans un corps de femme. Elle l’a aimé se con, elle a toujours aimé et elle aimera toujours malheureusement pour elle. Il a joué avec elle comme s’il avait joué avec la poupée de sa petite sœur, il a meurtrie son cœur et ses pensées. Et elle, elle en redemandait comme si c’était une drogue, comme si elle avait eu dans la peau, comme si il faisait partie d’elle comme si il ne faisait qu’un. Ils ne font toujours qu’un, lui son doux diamant et elle son beau rubis.

amsterdam

Quand elle ferme les yeux, elle y voit un ciel étoilé, lui à ces côtés entrain de lui apprendre tout ce qu’elle ignore. Elle se voit faire un vœu au passage d’une étoile filante comme une petite fille soufflerait sur une fleur fanées pour en faire tomber le pollen. Elle se rappelle de ces lumières vertes dans ces nuits éclairer par la lune, ces vert luisant qui ont bercé son enfance, elle qui depuis toute petite pensée que c’était des âmes tombaient du ciel. Elle voudrait encore être dans ces bras, poser ces lèvres sur les siennes jusqu’à en avoir des frissons et lui chuchoter des « I love you » d’adolescente à en oublier la vie qui défile autour d’eux. Elle souhaiterait une énième fois mélanger leurs deux corps passionnément jusqu’au petit matin. Elle désirerait juste pouvoir dire de lui que c’était « son premier amour », Celui que rien n’atteignait, que c’était lui le plus fort à ces yeux. Elle aurait souhaité pouvoir arrêter le temps, pour que rien ne change et ne viennent assombrir ce magnifique tableau. Tout le monde les enviait, elle la première. Elle n’aurait jamais imaginé en arriver là un jour, elle voudrait crier à en perdre la voix tellement la douleur est chaque jour plus forte. Ils sont stupide ceux qui lui disent que le temps adoucira sa souffrance. Elle voudrait tout casser, tout briser autour d’elle. Détruire la dernière photo qu’elle a de lui, lui faisant une grimace sur ce banc, détruire tous les souvenirs qu’elle garde précieusement sous son oreiller, y mettre le feu. Avait-il tout prévu, se servait il juste d’elle ?

amsterdam 

Elle se sent coupable, l’impression d’avoir tout gâcher. Pourquoi as t’il fallut qu’elle s’oppose à lui, pourquoi n’a-t-elle pas joué la gentille petite Juliette ? Pourquoi n’a-t-elle pas accepté ce qu’il demandait d’elle, fermer les yeux tout court, accepter ces choix ! Pourquoi as t’il fallut qu’elle se venge ? Peut-être pour se sentir au moins une fois dans sa vie plus forte que lui, plus rusée. Pourquoi toutes ces questions se bousculent elle dans sa tête, il a hante, c’est sa vengeance à lui, une revanche glaciale. Quand elle essaye de s’endormir son visage apparait, son regard pénétrant au plus profond d’elle. Elle a peur d’aller se coucher, et quand elle arrive enfin à dormir malgrès ces cauchemards , elle n’a qu’une crainte de se reveiller, de se lever, de devoir recommencer une autre journée. Elle ne sort plus de cette pièce qui est devenue son seul refuge, son repère depuis déjà quatre long mois. Des semaines enfermer avec pour seul compagnie une télévision qu’elle n’allume que pour regarder les dessins animées le matin, comme une petite fille qui s’évade avant d’aller à l’école. Elle a aussi son lecteur cd qui tourne en boucle ces mélodies qui lui permettent de s’éclipser dans son monde. Pour seule vu sa minuscule fenêtre donne sur le magnifique jardin de rose de l’établissement. Et pour papier peint, les photos et les lettres de sa famille et ces amis qui la soutiennent mais qui ne peuvent plus l’aider, elle est déjà trop loin. Elle est dans son univers qui la ronge de jour en jour.

 

 

amsterdam

 

Petite, elle croyait au prince charmant, celui sur son cheval blanc, habiller comme dans les dessins animées qui ont bercé son enfance. Elle se voyait avec une robe bouffante, rose bonbon, remplie de paillette et une couronne sur la tête. Elle s’inventait reine de son royaume, reine de son cœur, affrontant à ces côtés les méchants essayent de détruire tout ce qu’ils avaient construit. Et bien sûr, elle imaginait gagner sans aucun effort car ils étaient deux. Ces rêves étaient rythmés par une douce mélodie entrainante et joyeuse. Mais en grandissant, elle s’aperçut qu’elle n’avait pas le style de toutes les petites filles, elle c’était une princesse libre et combative. Elle avait des manières de reine, tout en ayant le côté mauvaise fille, avec la peur de s’attacher à ce prince qui lui faisait des promesses. Sans y croire elle avançait dans son autre monde, comme une ombre dans la nuit aveugle de ces croyances. Defois elle s’est trompée de chemin, elle a fait marche arrière, parfois elle a même suivit ces pas comme si elle n’était plus si libre comme si il n’y avait pas d’ailleurs. Un peu comme un vampire assoiffé de sang, elle était de son amour. Elle aurait pu dansait des heures au son de sa voix avec cette robe devenue de plus en plus courte avec les années et de moins en moins rose. Son cœur battait de plus en plus fort en sa présence, une reine des temps modernes avec ces défauts, ces amours, ces amants, ces peines de cœurs, ces amitiés fidèles et infidèles. Elle n’aurait changé son royaume pour rien au monde, il a évolué avec son temps, avec elle.

 

Déjà 1582 mots d'écrit.

A suivre....